Blog, Pensée Visuelle

Vulgarisation scientifique, la pensée visuelle dans tous ses états !

Expédition scientifique Cap au Nord

« Expédition Cap au Nord, le plus grand défi du XXI siècle ! »

La vulgarisation scientifique et la pensée visuelle, ça vous dit quelque chose ?

Vulgariser c’est rendre accessible à tous des données spécifiques parfois complexes. Informations scientifiques, industrielles…La vulgarisation scientifique est  Indispensable à tout chercheur qui souhaite être compris du grand public et pas seulement par ses pairs !

La pensée visuelle c’est quoi ? C’est associer des mots et des dessins pour parler d’un sujet, prendre des notes, apprendre ou partager ! Elle a pour objectif de rendre compréhensible par tous des notions complexes grâce au dessin et à une mise en page particulière. La pensée visuelle comprend de nombreux outils comme le mind mapping, le sketchnoting, le scribing etc…

Une Mission partagée par ces deux concepts ?

le partage d’informations bien sûr ! Rendre compréhensibles et accessibles des concepts parfois ardus. Découvrez ici comment la pensée visuelle peut aider la vulgarisation scientifique et nos jeunes à bien comprendre les différentes notions.

Franchement les sciences, ce n’était pas trop mon truc. Grâce aux outils de la pensée visuelle je m’éclate et comprend beaucoup mieux les différentes notions scientifiques ! Aujourd’hui je ne peux plus me passer des sciences ! incroyable, non ? Je veux tout comprendre dans mon jardin !

Étudions ensemble l’exemple concret d’une expédition scientifique atypique « Cap au Nord » avec 17 jeunes de 11 à 15 ans. Comment la pensée visuelle rend l’expédition plus passionnante et accessible pour les enfants. De la vulgarisation scientifique en dessin !

Expédition scientifique « Cap au Nord »

Commençons par partir en Islande au cœur du projet « Cap au Nord »

« Cap au Nord »c’est un projet initié par Philippe Nicolas enseignant chercheur, passionné par l’Humain et le partage. Philippe est incroyable : il a réussi à monter un projet qui fait grandir les jeunes avec et dans la nature !

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet instituteur hors norme, retrouvez une synthèse de son travail ici.

Le projet « Cap au Nord », C’est une expédition avec 17 jeunes ambassadeurs de 11 à 15 ans.

Voici une occasion en or pour vivre une grande aventure humaine et scientifique. Ce défi répond aux incroyables enjeux du dérèglement climatique et de la reconnexion des jeunes à la nature.

En amont, chaque jeune ambassadeur prépare cette expédition en Islande sous le parrainage d’un scientifique. Volcanologue, glaciologue, anthropologue, biologiste marin, océanographe ou climatologue. Les jeunes se spécialisent sur un sujet précis qu’ils vont étudier à fond pendant l’expédition.

Les chercheurs associés doivent donc apporter des informations et des techniques adaptées aux enfants mais qui soient pertinentes. Pas question d’utiliser des jouets au prétexte « qu’ils sont trop jeunes pour comprendre » ! Les jeunes sont engagés pour réaliser de VRAIS travaux scientifiques : mesures et relevés fiables comme la bathymétrie d’un lac glaciaire par exemple.

Ils apprennent donc à manier des outils scientifiques et à interpréter les résultats. Ils émettent des hypothèses et tentent de les confirmer ou infirmer avec des protocoles scientifiques éprouvés.

Les 8 avantages de la pensée visuelle pour la vulgarisation scientifique !

Parfois, on atteint les limites de ce que chaque enfant peut comprendre. Les notions sont parfois ardues pour les adultes. C’est à ce moment que la vulgarisation scientifique entre en jeu. Ainsi que la pensée visuelle ! Mes crayons ont souvent aidé à comprendre les liens entre certaines idées…

Les avantages de la pensée visuelle en vulgarisation scientifique (et pas que !) sont multiples :

  • Des synthèses de conférences ludiques, attrayantes et impactantes
  • Le compte rendu est attirant et lu !
  • Le graphisme attise la curiosité des lecteurs
  • La mise en page respect la structure de la pensée et la mise en page favorise la compréhension de notions complexes
  • La clarté des informations stimule la discussion et le questionnement
  • L’organisation des infos Facilite la mémorisation
  • Le mind mapping créé des liens entre les domaines scientifiques
  • Le visuel devient un vecteur de compréhension

Les 4 outils que j’utilise pour l’expédition et l’accompagnement des ados :

  • Le sketchnoting : prise de note des conférences tout le long de l’année. Trace visuelle des notions et missions ! Les jeunes apportent de plus en plus de dessins dans leurs carnets. Le dessin au service du savoir c’est possible ! Le dessin facilitateur de prises de consciences.
  • Le mind mapping : je transmets ce « couteau suisse du cerveau » aux jeunes pour prendre la parole en public et questionner le monde, réfléchir… Durant l’expédition de véritables liens entre les domaines scientifiques sont apparus en utilisant cette méthode. Le support visuel ancre ces découvertes. J’en parle avec précision dans un article ici.
  • Le carnet de bord : véritable carnet de voyage. C’est bien plus qu’une série de dessins : c’est un process lent et construit pendant l’expédition. J’accompagne les jeunes à y noter leurs réflexions, découvertes, prises de conscience. Il est constitué de planches personnelles et informationnelles.
  • La fresque murale : J’écoute, je note, je conserve tout ce que les jeunes partagent. Je les aide à synthétiser … Je formalise tout sur deux grandes fresques murales de 3m de long. Cette synthèse de l’expédition est ensuite présentée à des concours et des expositions, jusqu’à l’UNESCO ! Elle garde une trace de leurs multiples découvertes. Le travail pédagogique est basé sur la transmission aux pairs : les jeunes transmettent leurs découvertes à chaque retour de mission. Je les accompagne visuellement lors de ces restitutions.

La préparation de l’expédition scientifique

Évidemment, une telle expédition demande une longue préparation :

Avant de partir les jeunes ont de véritables discussions scientifiques avec leurs parrains référents. Ils doivent préparer et réaliser de nombreuses recherches afin de développer leurs connaissances dans les différents domaines et se spécialiser.

Chaque jeune devient alors un scientifique sur le terrain !

La réussite repose sur toute la préparation en amont et la joie que nous mettons dans l’expédition.

Voici un exemple de week-end préparation en amont de l’expédition :

Les différents domaines scientifiques de l’expédition

Détaillons brièvement les différents domaines scientifiques étudiés par les jeunes de l’expédition. La vulgarisation et la pensée visuelle occupent une place centrale dans ce travail pour leurs donner des outils de réflexion et de mise en perspective. Au fil des expéditions, les jeunes alimentent des bases de données qui deviennent de plus en plus précises. Découvrez pour chaque domaine d’étude, le rapport graphique que j’ai établi.

OCÉANOGRAPHIE

Marraine scientifique : Gwenaëlle Grémion

L’océanographie rassemble de nombreux domaines scientifiques, Gwenaëlle leur transmet avec beaucoup de joie et dynamisme leurs différentes missions.

L’océanographie c’est l’étude des formes de vie et processus rencontrés dans l’océan.

Les 4 disciplines traitées sont :

  • La physique : circulation thermolabile, les courants de surface, les marées, les vagues.
  • La biologie : étude des organismes, interactions.
  • La géologie : histoire et évolution, cartographie du fond de l’océan
  • La chimie : étude de la composition de l’eau de mer, l’acidification, la décomposition des polluants.

 La mission des jeunes en Islande est très riche, ils sont les premiers à réaliser la bathymétrie d’un lac glaciaire. Pour cela ils utilisent un kayak et croyez-moi, l’eau est très froide (1°) ! Leurs données sont partagées avec les scientifiques internationaux. En plus ils observent la faune marine et utilisent la bouteille Niskin (pour capturer de l’eau en profondeur). Ils analysent ensuite les différentes informations récoltées.

BIOLOGIE MARINE

Marraine et Parrain scientifique : Guenola Violeau et Charly Puaud

La biologie marine c’est l’étude des organismes et des écosystèmes marins.

Guenola et Charly transmettent plusieurs missions.

Pour réaliser leur mission ils font des sorties en kayak pour récolter de l’eau, observer la surface. Ils vont au repère des bélouga étudier la bioacoustique, c’est-à-dire comment le son se propage dans l’eau. Comment les sons impactent-ils les mammifères marins ? Les autres travaux réalisés sont l’analyse du plancton à l’aide d’un disque secchi , le filtrage de l’eau au filet lady pour mesurer la présence des microplastiques puis analyse au microscope.

La rencontre sur place de biologistes marins est incroyable. Spécialistes de l’analyse du comportement des cétacés, elles nous partagent leurs recherches. Les jeunes prennent des notes visuelles dans leurs carnets. Différentes questions sont abordées : Est-ce que le bruit anthropique a une incidence sur les orques ? Est-ce que les sonars militaires déstabilisent les mammifères marins ?

Ces scientifiques posent des balises sur le dos des cétacés, en l’occurrence ici ce sont des orques. Pendant les 30 heures où la balise est sur le dos du cétacé, elle récolte de nombreuses données sur le déplacement, les axes, les profondeurs, etc.

Voici une carte mentale réalisée à partir des données exprimées par les jeunes :

GLACIOLOGIE

Parrain scientifique : Adrien Wherlé

Le glacier c’est comme de la roche : il se déplace !

Adrien Wherlé

je me souviendrai toujours de cette phrase d’Adrien pendant une visio où il confie les différentes missions pour les jeunes. La glaciologie c’est l’étude de la nature physique et chimique des systèmes glaciaires.

C’est au glacier Solheimajökul que les jeunes font leurs différents modules :

  • Processus et mesure de l’ablation de surface
  • Dynamique de la glace : éléments liés au mouvement du glacier, reconstruction historique

Sur place, nous rencontrons Tolly Guofinna Adalgeirsdottir qui leur donne pour mission d’aller mesurer le fil d’ablation installé sur le glacier par ses équipes. Ce fil permet de voir la fonte du glacier.

Un constat fort apparaît : depuis 1995 nous perdons plus de neige sur le glacier, la balance est négative…

Le lien avec les océanographes est important car ils prennent les mesures du lac glaciaire. Plus le glacier fond, plus le volume du lac glaciaire augmente…

VOLCANOLOGIE

Parrain scientifique : Ludovic Leduc

La volcanologie est la science qui étudie les volcans. Différents lieux sont explorés : péninsule de Reykjanes, l’île Heimaey de l’archipel des îles Vestmann

Voici les missions des jeunes :

  • Réaliser une carte à risque : émettre des hypothèses quant à la trajectoire que pourrait prendre la lave. Il faut savoir que lorsque l’éruption débute, personne ne sait combien de temps cela va durer ! L’analyse topographique est donc une part importante du travail.
  • Calculer le volume de l’éruption
  • Les différents types de surfaces de lave
  • Comprendre l’histoire du magma

Les jeunes font preuve de courage car les conditions météo de l’expédition sont très difficile avec vents forts et pluie battante. Malgré tout, ils ne peuvent faire le tour du champ de lave… Finalement ils se rendent compte que la bonne cohésion du groupe dans ces moments-là est primordiale.

MÉTÉOROLOGIE et CLIMATOLOGIE

Marraine scientifique : Jeanne Ghérardi

Connaissez-vous la différence entre la météo et le climat ?

La météo évalue les évènements à court terme comme l’évolution de la température, de l’humidité et des masses d’air.

Le climat c’est analyser la moyenne des phénomènes météo dans une région spécifique sur le long terme.

La mission des ambassadeurs est de capter les données avec rigueur et régularité. Pour cela ils utilisent un protocole de collecte de données précis. Voici celui que les glaciologues utilisent :

Les jeunes ont construit lors des stages de préparation une station météo avec Catherine responsable d’un Fablab. L’idée est de pouvoir être autonome pendant l’expé pour prendre leurs mesures. Travailler avec un Fablab est aussi l’occasion de découvrir comment fabriquer ses propres outils scientifiques à moindre frais.

Les données récoltées sont partagées sur une plateforme open source.

ANTHROPOLOGIE

Parrain scientifique : Jean-Michel Huctin

L’anthropologie c’est l’étude des groupes humains. Vivre au sein d’une communauté pour comprendre nos différences. C’est également une aventure humaine sans jugement. L’anthropologue est curieux, ouvert, à l’écoute empathique et modeste.

Les jeunes de « Cap au Nord » ont pour mission de :

  • Récolter des informations sur la population
  • Observer
  • Dialoguer en réalisant des interviews
  • Partager les données, transmettre

Ils vont donc au contact de la population islandaise. Ils sont accueillis par la municipalité de l’île Vestmann pour présenter le projet et questionner le maire sur les préoccupations écologiques des islandais.

Sur place Elisabeth Bernard, anthropologue Française, partage sa mission de sensibilisation à l’écologie. Elle est également engagée dans la plantation de nombreux arbres en Islande !

Vous souhaitez vous former et former votre ado à la pensée visuelle ?

LE LIEN ENTRE LES DIFFÉRENTS DOMAINES SCIENTIFIQUES DE L’EXPÉ: LES ORQUES

Chaque soir, au campement, les jeunes partagent leurs découvertes à leurs camarades. Des prises de conscience émergent. Les adultes présents sont facilitateurs, ils accompagnent les jeunes à prendre conscience de leurs découvertes et à créer des liens entre elles !

Nous avons découvert que l’ORQUE faisait le lien entre tous les domaines scientifiques étudiés pendant l’expédition ! Les jeunes l’ont d’ailleurs observé dans son milieu naturel. C’est lors des restitutions en groupe de chaque domaine scientifique que ce lien est devenu évident.

J’ai réalisé cette carte mentale sur place, en mode prise de note.

C’est une des plus grandes prises de conscience communes lors de ce voyage : l’orque est ici impacté par tous les dérèglements constatés ! Les jeunes ont donc compris que les domaines scientifiques sont interdépendants.

La température augmente et perturbe les lieux de vie des différentes espèces (climatologie, océanographie et biologie marine).

La glace fond de plus en plus et ouvre de nouveaux chemins vers le nord, les orques se déplacent (glaciologie).

Les glaciers sont sur des volcans en activité, la glace fond plus vite par l’effet albedo (volcanologie).

Les orques modifient leur régime alimentaire en mangeant des phoques (biologie marine, océanographie).

Au Groenland les habitants craignent ces mammifères marins qui viennent prélever leur nourriture (anthropologie).

LES JEUNES DEVIENNENT AMBASSADEURS, AMBASSADRICES « CAP AU NORD » !

La mission des jeunes ne fait que commencer. Aujourd’hui ils deviennent de véritables ambassadeurs du climat. Leur mission est de partager leurs découvertes et prises de conscience à leurs familles, leurs amis, leur école et lors de conférences.

Alors, quoi de mieux qu’un carnet de bord pour donner à voir toute cette aventure !

Voici une synthèse réalisée lors d’une conférence donnée par 5 jeunes partis en 2021 :

VULGARISATION SCIENTIFIQUE : COMPRENDRE LE MONDE AVEC LA PENSÉE VISUELLE

La pensée visuelle est aujourd’hui incontournable pour apprendre et questionner le monde ! Pour moi, c’est un outil incroyable pour la vulgarisation scientifique. C’est le pouvoir du dessin !

Les jeunes se confrontent à un monde en perpétuel changement et devrons faire face à de nouveaux enjeux majeurs. La génération émergente est confrontée à l’accélération des changements dans les équilibres écologiques. Les jeunes de « Cap au Nord » ont pu constater ces bouleversements grâce à l’accompagnement scientifique. Les outils de la pensée visuelle leur ont permis de clarifier leurs découvertes.

Les techniques de questionnement scientifique et graphique qu’ils ont acquises lors de l’expédition les aideront à grandir avec plus de force et de créativité. Ce sont de véritables compétences d’avenir qu’ils pourront mobiliser tout au long de leur vie.

Sachez que j’adore lire et répondre à vos commentaires alors je vous passe le relais pour écrire vos impressions sous cet article 😉

J’ai écrit cet article dans le cadre d’un évènement interblogeurs , à l’invitation de Claire du blog « Sciences Ludiques » . D’ailleurs, je vous recommande son article pour comprendre pourquoi la mer est salée… cliquez ici pour le découvrir

One thought on “Vulgarisation scientifique, la pensée visuelle dans tous ses états !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.