Pensée Visuelle

Pensée Visuelle : Filtrer-Transcrire-Mémoriser

illustration de la pensée visuelle

On commence par une courte définition ? La pensée visuelle est un ensemble de techniques et d’outils qui associent le dessin (plus ou moins élaboré) et les mots pour faciliter la mémorisation ou simplement offrir un impact visuel. Les idées sont mises en images pour en retenir l’essentiel. Cette forme d’expression s’oppose à la pensée linguistique (basée sur le langage) ainsi qu’à la pensée auditive.

La pensée visuelle, ou visual thinking pour nos cousins anglophones, c’est l’ensemble des techniques qui permettent de structurer les idées et les visualiser. Elle s’adresse autant aux esprits scientifiques qu’aux artistes. Avec la pensée visuelle, fini les grands discours lénifiants ! Place aux pictogrammes, à la couleur et aux mots clés associés ensemble. C’est une grammaire visuelle inédite ! Regardez comme les émojis ont conquis nos messages et remplacé certains mots ou expressions…

Mes outils de pensée visuelle en dessin

La représentation visuelle est très puissante

Utilisée dans un groupe de travail, la pensée visuelle favorise l’émulation et le dialogue. Elle fait grandir l’intelligence collective et le travail collaboratif en structurant les idées et concepts ! C’est comme un cliché artistique d’un discours, d’une réunion ou d’un évènement. Du coup, elle laisse une trace durable.

Les outils de la pensée visuelle regroupent le Mind Mapping/Carte Mentale (ou encore appelé carte heuristique), le sketchnoting, le graphic recording/scribing ou encore la facilitation graphique. Ce sont des techniques relativement récentes et qui ont chacune leurs propres codes. Certaines sont plus tournées vers le groupe alors que d’autres sont plus personnelles.

Les différents outils de la « Pensée Visuelle » n’ont pas toujours été bien définis dans mon esprit. Faire le distingo entre « sketchnoting », « scribing » ou « mind mapping » n’est pas toujours évident… Si vous êtes dans ce cas-là, j’ai écrit et illustré cet article spécialement pour vous ! Après cette lecture, vous saurez exactement comment on trie l’information avec chacun de ces outils graphiques. Encore mieux : vous allez comprendre ce qui se passe dans mon cerveau lorsque je travaille avec l’une ou l’autre méthode !

Rapide présentation de Sophie : coach et formatrice en pensée visuelle

“Sophie, pourrais-tu nous dire qui tu es pour nous parler de Pensée Visuelle ?”

Bien sûr !

Je suis Sophie Le Penher : coach et formatrice en pensée visuelle ! Mind mappeuse, scribeuse, sketchnoteuse… J’aime rêver que je suis née un crayon à la main car je suis passionnée depuis toujours par le dessin. Aujourd’hui je mets mes super pouvoirs graphiques (et mes méninges 😊) au service d’entreprises, d’institutions et d’auteurs pour transformer et synthétiser leurs idées, discours ou conférences en visuels impactants.

Mais ce que je préfère par-dessus tout (ma Mission quoi !), c’est accompagner les jeunes (et leurs professeurs !) dans la découverte et l’adoption de la carte mentale.

J’ai oublié de vous dire que je suis Championne du Monde de de Mind Mapping ! Et vous savez quoi ? Je ne suis pas devenue championne du monde toute seule : j’ai accompagné une équipe Junior. Nous avons gagné ce titre ensemble ! Louisa (11ans) a d’ailleurs remporté le titre de championne de France  ! J’adore voir les étoiles dans leurs yeux lorsqu’ils comprennent la puissance de la carte mentale… Je les aide à utiliser cet outil pour leurs cours et leurs examens, mais également pour aiguiser leur réflexion. J’aurais tellement aimé connaitre cette technique lorsque j’étais élève. Ça m’aurait épargné des heures de révisions ennuyantes !

Bref, la puissance du dessin au service des idées me fascine !

En fait, je crois que le dessin a toujours fasciné les humains. Vous connaissez Lascaux ?  Mais oui, la plus célèbre des grottes abritant de l’art pariétal. Quel rapport dites-vous avec la « Pensée Visuelle » ? Je vous explique cela dans un instant.

Pensée Visuelle et préhistoire : dessiner pour raconter

Au commencement était le dessin. Depuis la préhistoire, les humains dessinent. Avant même d’écrire. Ils dessinent pour témoigner. Cette activité nécessite de l’habilité et pas mal de matériel, comme les pigments. Nous avons affaire à une activité humaine non alimentaire et très structurée.

Une petite anecdote : après avoir longtemps soutenu que c’était une activité d’hommes, les archéologues penchent aujourd’hui pour un talent féminin. Donc je reprends, depuis la nuit des temps, les femmes dessinent ! Et pas que dans les marges des cahiers scolaires. Non ! Elles dessinent pour l’Humanité, pour l’Histoire. Et oui ! Les femmes du Néolithique étaient-elles les premières « scribeuses » ?

En tout cas à l’époque, elles relataient les exploits de chasse. Aujourd’hui, nous faisons de la « Pensée Visuelle ». De la paroi au mur ou à la feuille de papier, il reste le mouvement, la couleur et la posture. Avant même l’écriture, c’est un langage universel.

D’ailleurs, c’est pour cette raison que la pensée visuelle vient soutenir l’apprentissage des enfants au cerveau « différent ». Autisme, dyslexie, échec scolaire, ces termes nous révèlent, dit-on, des difficultés d’apprentissage. En fait, ce sont des types d’intelligence que le système scolaire peine à gérer.

Et si la pensée visuelle venait à la rescousse pour apporter des techniques simples et efficaces à ces enfants en perte de confiance (et aux autres aussi, hein) !? Moi j’en suis persuadée et c’est pourquoi j’ai créé GraphiquEasy 😉

Maintenant, sortons ensemble les outils de la caisse pour les analyser de plus près…

Pensée visuelle : Ma caisse à outils graphiques

la pensée visuelle
boite à outils

J’aime bien parler de « caisse à outils » au sujet de la pensée visuelle car ça me raccroche à ma vie d’artiste. Depuis 25 ans, avec mon mari, nous créons des sculptures et les vendons à travers le monde. Mais c’est une autre histoire, revenons à notre sujet. Mon parcours de formation en pensée visuelle a considérablement élargi mon champ d’action grâce à des modes de filtrage et d’organisation de la pensée très variés.

En reprenant la métaphore de la grotte du Paléolithique, voici ce que cela pourrait donner : de retour, le chasseur fait un long discours sur ses faits d’armes face aux terribles aurochs. Des milliers d’années plus tard, nous découvrons les traces de son histoire dessinées sur les parois !

La différence, c’est qu’aujourd’hui nous n’avons pas uniquement l’art pariétal pour nous exprimer. Nous disposons de tout un faisceau de techniques complémentaires !

Voici ce que cela donne :

  • Pour apprendre et m’organiser, je fais une carte mentale (mindmap).
  • Quand je dois réaliser un compte rendu (appel téléphonique, livre, vidéo…), je dessine une sketchnote.
  • Pour aider un groupe à faire émerger des idées ou clarifier un concept, j’anime une séance de facilitation graphique.
  • Et lors d’une conférence ou d’un évènement en ligne, je sors mes gros feutres et déroule mon papier au mur pour réaliser une fresque en Graphic Recording pour appuyer le message et mettre en valeur les points clés…

Vous me suivez ?

En fait, la pensée visuelle c’est tout cela et c’est magique 🙂 

Pourtant, tout n’a pas toujours été aussi clair dans ma tête ! J’avais du mal au début à définir les particularités de ces différents outils de la pensée visuelle. Alors si c’est le cas pour vous aussi, je me suis dit qu’un petit article illustré devrait vous aider. 🙂

On commence avec le premier outil que j’enseigne : le Mind Mapping…

Mind Mapping - Carte mentale

CARTE MENTALE / MIND MAPPING : La pensée visuelle en arborescence

L’anglais Anthony Peter Buzan dit Tony Buzan est un psychologue spécialiste de la mémoire et de l’apprentissage. C’est lui qui a posé les bases dans les années 70 de la carte mentale que l’on appelle « Mind Mapping » au niveau international et parfois aussi « carte heuristique » ou même « schéma heuristique ». On lui doit aussi le développement de techniques de lecture rapide. Il est décédé en 2019.

Prendre des notes sous la forme d’un réseau neuronal permet à notre cerveau de mieux retenir l’information. Cela nous permet aussi d’avoir une vision plus claire d’un sujet, une vision globale et synthétique. C’est donc autant un outil de mémorisation que d’organisation et de réflexion.

Mon point de vue sur le Mind Mapping/Carte Mentale

Comme vous le voyez dans l’exemple ci-dessus, la carte mentale ou Mind Map ne garde d’un sujet que des mots clés associés à des pictos. Cette combinaison créé ce que l’on appelle des ancres mentales. Dans le cerveau, l’info débarrassée de sa prose est classée facilement pour être retenue avec très peu d’effort. Faire ses cartes mentales à la main permet de mettre une touche fun et créative qui en renforce la puissance. Cela n’est bien sûr pas possible avec les logiciels informatiques tels que Xmind, Lucidchart ou MindMup. On se prive aussi du plaisir de mettre en couleur ses mind map.

Et vous savez quoi ?

J’adore mapper ! Un compte rendu de réunion ou d’un appel téléphonique ? Hop, une petite map ! La map me happe !

Lorsque je mappe, je fais un tri sévère de l’information. Je ne garde que des mots-clés que je vais placer sur mes branches de premier, second ou troisième niveau. Je dépouille le texte, la conférence ou le propos de tout le muscle et le gras pour ne garder que l’os. Ensuite je trie l’information pour faire ressortir les grands thèmes. Les pictos et l’utilisation de la couleur viennent mettre de la gaieté et de l’inattendu dans un procédé qui pourrait être austère sans cela.

Le mind mapping est un travail de précision

On découpe l’information au bistouri avec une précision chirurgicale. Il n’y a plus de phrase mais cette contrainte me donne le champ libre pour exercer ma créativité. Branches illustrées, motifs, cœur de carte explosant de couleurs et de gaieté ou « effet Von Restorff » pour mettre en exergue une information particulière… Mon but est alors de rendre ma carte mentale la plus attrayante et fun possible !

Lors d’une épreuve de championnat par exemple, je dois faire confiance à la capacité d’analyse et de tri de mon cerveau. Cela développe ma vivacité d’esprit. Mon cerveau bouillonne dans ces instants et j’adore ça ! Ce format de prise de note est plus personnel. Une mind map ne parle pas forcément à quelqu’un d’autre que soi. Les espaces vides d’une carte ont aussi leur importance. En effet, le cerveau ayant horreur du vide, il va mouliner pour faire les liens entre les informations indiquées ou manquantes. Ce travail est capital pour l’analyse et l’ancrage dans la mémoire.

Si vous voulez avoir plus d’infos sur mon parcours en mindmapping, j’ai écrit un autre article qui vous explique comment je suis devenue Vice-Championne de France de MindMapping en seulement 6 mois… Le mind mapping est une discipline plutôt personnelle. Les maps sont censées être orientées vers nous.

sketchnoting

SKETCHNOTING : La créativité au service de la Pensée Visuelle

Le sketchnoting est, comme son nom l’indique, une technique de prise de note graphique. Par rapport à la carte mentale, ici on s’autorise quelques phrases ou expressions. Le côté graphique est très important car le résultat doit être très agréable à l’œil et bien équilibré entre texte et dessin.

Cette technique est récente puisque nous la devons à Mike Rohde qui en a posé les bases en 2010 ! Cet illustrateur américain fait ses planches de prises de notes visuelles (sketchnote) en direct lors de conférences, de réunion ou d’évènements. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages pour populariser et diffuser sa méthode et sa pédagogie partout dans le monde. Son postulat est simple : « Même si vous ne savez pas dessiner vous avez tout ce qu’il faut pour sketchnoter ! »

Pour obtenir un résultat vivant et coloré, votre sketchnote doit mêler des éléments visuels comme des containers ou des flèches qui structurent la construction et l’organisation, le classement des idées. La typographie doit être manuelle. Gardez en tête que votre sketchnote doit aider à la compréhension du sujet.

Le sketchnoting est une discipline qui s’accommode du live ou du différé. Je pratique à la fois le sketchnoting lors de conférences (photo ci-dessous) ou « à froid » pour résumer un livre par exemple (par exemple pour la plateforme dédiée à l’éducation et aux neurosciences « En Résumé ! »).

La sketchnote est un outil polyvalent

On peut faire une sketchnote pour soi ou bien pour partager. Dans ce cas, votre sketchnote doit comporter assez de texte pour être comprise par tous sans forcément avoir participer à la conférence ou autre événement.

Lorsque je sketchnote, je choisis une disposition pertinente. Vous le verrez dans la suite de cet article, mais je me suis essayé à 2 compositions différentes pour des conférences TEDx :

  • Le chemin
  • L’intro-contenu-conclusion (version efficiente)

A/ Le chemin

Je suis le déroulé chronologique de l’information. Les conférences TEDx sont souvent des histoires (storytelling). Je note simplement le message important au fil du déroulé de la narration. Je privilégie ce type d’agencement lorsque le plan n’est pas annoncé au début. Comme j’avance dans le brouillard, cette organisation permet d’être très souple.

Le sketchnoting autorise plus de liberté que le mind mapping. On peut jouer avec les formes, les citations, les phrases, la couleur, les conteneurs. La disposition est également plus libre ce qui me laisse beaucoup d’opportunité pour m’amuser graphiquement.

J’aime rendre mes planches vivantes à telle point que je m’imagine parfois sautant d’un conteneur à l’autre pour y piocher les informations qu’ils contiennent…

B/ Intro-contenu-conclusion

Lorsque je choisis ce type de disposition, mon objectif est de comprendre « l’efficience » dont Cyril Maitre me parle si souvent… Mais c’est quoi exactement l’efficience ? Pour moi, c’est utiliser les bonnes ressources au bon moment. Les optimiser. Le corps, le matériel, l’énergie… Rien ne sert de prendre une Formule 1 pour traverser un chemin de forêt ! Vous voyez ce que je veux dire ? Par exemple ici, j’ai fait le choix d’utiliser une couleur principale (orange) et des dessins simples sous forme de pictogrammes. En pensée visuelle, pas besoin de dessiner comme Léonard de Vinci ! Vous délivrez votre message de manière efficiente à l’aide de pictos simples et facilement compréhensibles.

Facilitation graphique

FACILITATION GRAPHIQUE : La pensée visuelle au service du groupe

Si les deux premiers outils de Pensée Visuelle que nous venons de voir sont assez personnels, c’est tout l’inverse dans le processus de facilitation graphique !

Lors d’une séance de facilitation graphique, je me mets au service du groupe pour faire émerger les idées ou focaliser la réflexion sur un projet. Je dessine alors pour déclencher des interactions, des connexions et des discussions.

La facilitation graphique se passe en 2 temps :

  • Une phase de captation des échanges en dessin.
  • Un temps de restitution pour ouvrir la discussion et faire émerger des idées, des projets ou des prises de conscience.

Pour être une facilitatrice graphique performante, je dois allier une excellente capacité d’écoute et de synthèse à mes qualités graphiques. C’est un exercice exigeant et qui demande une bonne condition physique pour être totalement à l’écoute du groupe. Je dois déployer grand mes antennes !

Il y a aussi un travail de construction graphique à plus grande échelle que le format A3 du sketchnoting ou du mind mapping.

Je m’inspire notamment du travail et des livres de facilitation graphique d’Étienne Appert (penser-dessiner-révéler) et de Willemien Brand (Visual Thinking).

graphic recording

GRAPHIC RECORDING/SCRIBING : La puissance de la fresque

Ce terme anglais désigne la technique de prise de note en live d’une conférence ou d’un événement. Le résultat prend la forme d’une fresque présentée de plusieurs manières possibles, sur différents formats :

  • Un papier grand format (plusieurs mètres de long) fixé au mur.
  • Une feuille plus modeste et filmée en direct.
  • Une tablette numérique et projetée dans la salle.

Du grand format où je mêle info + émotion…

Mes dessins aident à vulgariser, digérer le propos parfois très technique, à le rendre plus accessible. Cela ne veut pas dire que je le déforme. Ma restitution doit rester fidèle. Je suis dans la posture du témoin pour être la plus juste possible dans ma retranscription. Le Graphic Recording ou « scribing » laisse un souvenir puissant aux participants de la convention, du séminaire ou de la conférence.

Pour pouvoir capter sur le vif tout en dessinant, je me place dans une bulle d’écoute active. De cette manière, je peux mémoriser et replacer sur ma fresque les expressions importantes de la conférence. Je saisis au vol quelques citations qui mettront de la vie dans ma composition. C’est comme du sel pour rehausser la cuisine !

Le scribing engage tout le corps

C’est une véritable danse qui s’opère face au papier fixé au mur. Il faut jouer sur l’équilibre autant que l’ancrage. Quand je passe du haut en bas de ma fresque, j’ai parfois l’impression de me déplacer sur un trampoline ! J’aime particulièrement cet exercice alors que je sais qu’il impressionne pas mal de mes collègues. Il mélange préparation minutieuse et spontanéité.

Lorsque je suis en pleine action, je me balade d’un bout à l’autre de ma feuille (souvent plus de 2 mètres de long par 1m de hauteur !). Je classifie mes informations dans des conteneurs avec titre et couleur. J’essaie toujours de dessiner des illustrations les plus impactantes possible. Il y a à la fois une liberté créative énorme et une contrainte terrible à la fois temporelle et du propos à retranscrire. Cela demande une grande concentration pour traiter les informations reçues tout en les restituant de manière ludique et attractive. C’est comme si les informations passaient par mes tympans puis étaient mises en images dans mon cerveau puis retranscrites par ma main !

Avant chaque fresque, je me prépare comme une sportive. C’est un travail très exigeant et qui consomme beaucoup de ressources physiques et mentales. Cet effort est largement compensé par les retours enthousiastes de mes clients…

J’adore l’énergie et la concentration que cet exercice demande ! Avant chaque intervention, je me prépare comme une sportive de haut niveau avant une compétition. Vérification du matériel bien sûr mais aussi :

  • Alimentation
  • Sommeil
  • Préparation physique
  • Mindset

Le scribing/Graphic Recording est un exercice très exigeant car il faut être au top le jour « J » !

comprendre la pensée visuelle

Comprendre la pensée visuelle grâce à 2 conférences TEDx

Et non, je n’ai pas encore animé un TEDx sur la pensée visuelle mais ça viendra (d’ailleurs si vous connaissez quelqu’un qui peut m’y aider…). Par contre il y a quelques mois, je me suis lancé un défi pour m’aider à clarifier l’utilisation et les particularités de chacun des outils de la pensée visuelle.

Comme j’adore apprendre, j’aime regarder les conférences TEDx. Je prends des notes en live sous forme de sketchnotes ou de mind map suivant mon humeur… Et puis un jour, je me suis dit que ce serait une bonne expérience de traiter les informations d’un TEDx en utilisant les 3 techniques principales de la pensée visuelle :

  • Scribing
  • Sketchnote
  • Mind Map ou carte mentale

En me lançant ce défi, j’étais curieuse de savoir comment j’allais trier, ordonner et illustrer les informations avec chacun de ces 3 outils. J’ai énormément de plaisir à utiliser ces différentes techniques mais je n’avais pas encore pris conscience de la singularité de chaque exercice…

Il y a bien sûr un fil conducteur entre ces 3 manières de traiter l’information. Avec ma propre subjectivité, je dresse cette liste de mots comme un inventaire à la Prévert pour qualifier ce qui relie les 3 techniques étudiées ici :

  • JEU
  • COULEUR
  • DESSIN
  • AMUSEMENT
  • JOIE
  • ÉPANOUISSEMENT
  • PARTAGE

Avec cette liste, nous sommes vraiment à l’opposé de « l’ennui », de la « monotonie » ou de la « contrainte » du linéaire. Je n’ai pas non plus cité le mot « efficacité » car même s’il découle de ma pratique, je ne le place pas au centre. D’ailleurs, je lui préfère nettement « créativité » !

Donc, en prenant un document identique (ici une conférence TEDx), vous allez certainement être surpris-es par les résultats…

Cyril Maitre et Priscille Déborah pour illustrer la pensée visuelle

Ils ne se connaissent pas. Ils n’ont aucun lien. L’un est mon mentor de Mind Mapping  (et le boss de ce blog accessoirement 😉 ), l’autre est la première femme bionique française et elle m’inspire !

J’ai donc choisi leur conférence TEDx pour illustrer cet exercice. Pour bien comprendre le travail de tri, d’organisation et d’illustration, je vous conseille d’abord de regarder les 2 conférences. Rassurez-vous si vous ne connaissez pas ce format de conférence, elles durent entre 15 et 20 minutes.

Vous pourrez ainsi mieux apprécier les 3 planches que j’ai faites pour chacune des conférences.

TEDx de Cyril Maitre

“La révolution visuelle, dessiner c’est gagné !”

Lien vers la conférence TEDx de Cyril Maitre.

Scribing :

Sketchnotes :

Mind Map :

carte mentale

TEDx de Priscille Déborah

« Qu’est-ce que le progrès réveille en chacun d’entre nous ? »

Lien vers la conférence TEDx de Priscille Déborah.

Priscille est incroyable ! Elle est inspirante par son parcours et sa résilience.

Scribing :

Mind Map :

priscille carte mentale

Sketchnotes :

Alors, vous y voyez plus clair dans les différents outils de la pensée visuelle ?

En guise de conclusion, je voudrais simplement rappeler que le plaisir et l’humain doivent rester au centre. Une dernière chose que je souhaite vous dire. Savez-vous quelles sont les différences entre les outils que je viens de vous décrire et l’infographie ?

Avant de vous donner mon point de vue, voici une courte histoire qui va éclairer mon propos. Un de mes amis a assisté pour son travail à une réunion avec une facilitatrice graphique. Il a adoré la manière dont elle a su faire passer les informations de manière vivante et ludique. Il est ressorti de là vraiment emballé. Quelques jours plus tard, il est tombé sur un document qui retraçait la réunion à laquelle il avait participé. C’était une infographie bien propre et lisse. Les dessins de la facilitatrice avaient reçu un lifting numérique à coups de palette graphique. Pour lui l’émotion du dessin manuel s’était envolée, emportant la valeur de son travail.

Et vous ? Pensez-vous qu’un dessin animé en 3D apporte plus d’émotion qu’un vieux Disney patiemment dessiné à la main ?

La perfection numérique ne remplace pas la vie apportée par le trait manuel. L’imperfection est une force ! Elle stimule le cerveau.

Bien sûr, certains codes doivent être respectés. Je viens d’en décrire quelques uns ici. La créativité et la capacité de sélection du cerveau humain sont encore insurpassables. Tony Buzan, le théoricien du Mind Mapping, en parlait beaucoup à la fin de sa vie. Le sentiment, l’émotion et l’interprétation sont au cœur de la pensée visuelle…

Vous êtes convaincu-e par la Pensée Visuelle ?

Vous souhaitez peut-être que je vous accompagne ?

Dites-moi de quoi avez-vous besoin :

  • Formation au Mind Mapping/Carte Mentale.
  • Intervention au collège, au Lycée ou pour former votre enfant à ces techniques qui révolutionnent l’acquisition du savoir et la réflexion.
  • Intervention en scribing/graphique recording ou facilitation graphique au sein de votre entreprise, institution, séminaire, conférence…
  • Sketchnote pour votre prochain livre ou votre communication (interne ou externe).

Contactez-moi directement via ce formulaire.

Je vis chaque collaboration en Pensée Visuelle comme un défi excitant !

Restons en contact en optant à mon infolettre. J’ai encore plein de choses à vous partager : big map, coaching par le dessin, vidéos dessinées, courtes BD…

À bientôt,

Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *