Non classé

Pascal HAAG et le soutien aux comportements positifs à l’école

Le soutien aux comportements positifs à l’école est un élément tellement important pour créer un environnement éducatif sain et productif ! C’est justement ce dont Pascale Haag, psychologue et directrice scientifique de la Lab School Paris, parle dans sa conférence. Fondatrice du Lab School Network, Pascale Haag met la recherche au service de la réussite éducative en promouvant des échanges entre enseignants, chercheurs, parents et étudiants. Dans cet article, je vous partage les stratégies et les approches recommandées par Pascale Haag pour favoriser un climat scolaire positif et la réussite de tous les élèves.

Article écrit en résumé de la conférence de Pascale Haag « Le soutien aux comportements positifs à l’école » au congrès innovation en éducation organisé par Julien Peron.

Le rôle de l’enseignant

Mission des enseignants

Les enseignants jouent un rôle fondamental dans le développement des élèves en les aidant à accéder aux connaissances. Cette mission consiste à offrir à chaque enfant, quel que soit son niveau ou ses difficultés, les moyens nécessaires pour réussir académiquement et personnellement. Pour cela, il est essentiel que les enseignants soient équipés de stratégies pédagogiques adaptées à la diversité des besoins des élèves.

Enjeux et défis

Répondre aux besoins de tous les enfants implique plusieurs défis :

Diversité des besoins : Les élèves ont des besoins variés en fonction de leur contexte familial, social, et de leurs capacités individuelles.

Adaptation des méthodes pédagogiques : Les enseignants doivent adapter leurs approches pour inclure des techniques qui favorisent l’engagement, la motivation et le succès de chaque élève.

Création d’un environnement inclusif : En relevant ces défis, les enseignants contribuent à un environnement scolaire plus inclusif et stimulant, où chaque élève se sent soutenu et encouragé à atteindre son plein potentiel.

L’éducation nationale doit soutenir les enseignants

Pascale Haag

    Stratégies pédagogiques

    Pour accomplir cette mission, les enseignants peuvent :

    1. Promouvoir un environnement d’apprentissage positif : Créer un climat de classe où chaque élève se sent valorisé et soutenu. Vous pouvez lire l’article sur l’importance de l’architecture dans l’apprentissage, synthèse de la conférence de Louise Michaud.

    2. Encourager la participation active : Impliquer les élèves dans le processus d’apprentissage par des activités interactives et collaboratives.

    3. Offrir un soutien personnalisé : Proposer des aides spécifiques aux élèves qui en ont besoin pour surmonter leurs difficultés.

    Le climat scolaire décrit par Pascale Haag

    Importance des relations

    Le climat scolaire repose en grande partie sur la qualité des relations entre les élèves et entre les élèves et les enseignants. Des relations positives et respectueuses favorisent un environnement d’apprentissage sain où les élèves se sentent en sécurité et valorisés. Vous pouvez compléter avec l’article suite à la conférence de la pétillante Sandra Meunier qui parle de joie et bonheur 😉

    Gestion de la classe

    La gestion efficace de la classe est essentielle pour maintenir un climat propice à l’apprentissage. Cela inclut la mise en place de règles claires, la gestion des comportements perturbateurs et l’encouragement des comportements positifs. Une bonne gestion de la classe permet de minimiser les distractions et de maximiser le temps consacré à l’apprentissage.

    Qualité des apprentissages

    Un climat scolaire positif a un impact direct sur la qualité des apprentissages. Lorsque les élèves se sentent soutenus et valorisés, ils sont plus engagés et motivés. Ceci se traduit par de meilleurs résultats scolaires et un plus grand intérêt pour les études. Les enseignants peuvent contribuer à cette dynamique en créant une atmosphère de classe où chaque élève a la possibilité de réussir.

    Soutien aux comportements positifs

    Voici une conférence tedx de Philippe Nicolas, j’ai pris beaucoup de plaisir à la dessiner ! Il explique comment à partir de questions de ses élèves il a réussi à monter de véritables expéditions scientifiques pour les jeunes !

    Identifier les problèmes en classe

    Ce qui était intéressant dans la conférence de Pascale Haag, c’est qu’elle nous a donné de nombreux conseils. Pour soutenir efficacement les comportements positifs à l’école, il est crucial de comprendre les problèmes rencontrés par les élèves. Ces problèmes incluent :

    Règles de la classe : Non respect ou manque de clarté des règles.

    Comportements oppositionnels et anti-sociaux : Manifestations de défi ou d’agressivité.

    Régulation émotionnelle : Difficultés à gérer le stress, l’épuisement cognitif et la détresse psychologique.

    Faible estime de soi : Sentiments d’échec, évitement et comparaison sociale défavorable.

    Stratégies de soutien

    1. Régulation émotionnelle :

       – Enseigner aux élèves des techniques pour gérer leurs émotions.

       – Encourager des pratiques de pleine conscience et de relaxation.

    2. Améliorer l’estime de soi :

       – Valoriser les réussites et les efforts des élèves.

       – Créer un environnement où l’erreur est perçue comme une opportunité d’apprentissage.

    3. Gestion des comportements :

       – Établir des règles claires et cohérentes.

       – Utiliser des renforcements positifs pour encourager les comportements désirés.

       – Mettre en place des systèmes de récompenses et de sanctions proportionnées et progressives.

    Le cadre est important, empathie, CNV, message clair…

    Pascale Haag

    Approche proactive

    Adopter une approche proactive implique de :

    Prévenir les comportements problématiques : En identifiant les déclencheurs et en intervenant tôt.

    Impliquer les élèves dans la création des règles : Pour qu’ils se sentent responsables et engagés.

    Former les enseignants : Leur fournir des outils et des stratégies pour gérer les comportements de manière positive et efficace.

    Inefficacité des punitions

    Impact émotionnel des punitions

    Les punitions peuvent souvent exacerber les problèmes comportementaux au lieu de les résoudre. Elles ont un impact négatif sur les émotions des élèves, engendrant ressentiment et résistance plutôt que l’amélioration souhaitée.

    Dans son tedx, Sophie Rabhi nous parle d’éducation positive. Pas toujours simple de créer des structures, elle parle de la ferme des enfants ici :

    Erreurs courantes

    Les erreurs courantes dans l’application des punitions incluent :

    Erreur d’attribution : Attribuer à tort les comportements à des causes internes stables chez l’élève, comme un manque de volonté.

    Sanctions non progressives : Utilisation de punitions sévères dès le départ sans progression graduelle.

    Alternatives aux punitions

    1. Sensibilisation progressive :

       – Introduire des sanctions de manière graduelle en commençant par des avertissements verbaux et en progressant vers des conséquences plus significatives si le comportement persiste.

    2. Renforcement positif :

       – Mettre l’accent sur la reconnaissance et la récompense des comportements appropriés plutôt que de punir les comportements négatifs.

    3. Restaurer et réparer :

       – Encourager les élèves à comprendre l’impact de leurs actions et à prendre des mesures pour réparer les torts causés.

    Approche éducative

    Une approche éducative implique de :

    Enseigner les compétences sociales : Aider les élèves à développer des compétences en communication, en gestion des conflits et en régulation émotionnelle.

    Impliquer les élèves dans la résolution des conflits : Encourager les discussions et les médiations pour résoudre les différends de manière constructive.

    Modèles d’école à l’international

    Le modèle canadien

    Au Canada, les enseignants adoptent une approche proactive en enseignant les comportements attendus de la même manière qu’ils enseignent les matières académiques comme les mathématiques ou le français. Cette méthode permet de définir clairement les attentes comportementales et d’inculquer aux élèves des compétences sociales essentielles dès le plus jeune âge.

    Autres exemples internationaux

    1. Approches britanniques :

       – En Angleterre, des programmes comme ceux de Noël Janis Norton (1) mettent l’accent sur la communication calme et positive entre enseignants et élèves, facilitant ainsi un environnement d’apprentissage serein et structuré. Voici une infographie des travaux de Noël Janis-Norton, qui inclut les stratégies pour encourager la coopération des enfants (comment susciter la coopération des enfants?)

    2. Pratiques françaises :

       – En France, certaines écoles adoptent des méthodes inspirées des pédagogies alternatives comme celle de Freinet, qui favorise l’autonomie et la coopération entre élèves.

    3. En Espagne

    Nous avons vécu deux années scolaires en Espagne à Valencia. Nous avons pu découvrir une école très ouverte et pleine de vie. Notre fils y pratiquait le yoga, la robotique… Je suis intervenue pour faire des formations, pour info il est également possible de suivre mes formations au mind mapping en distanciel !. J’ai apprécié voir les enfants libres de leurs mouvements et la coopération entre eux au moment des exercices ! Le rythme scolaire est très différent avec des journées qui terminent à 14h. Ils ont moins de vacances mais n’en ressentent pas le besoin car chaque jour il y a suffisamment de temps pour profiter de la vie ! 😉 Et puis on voit la mer des salles de classe 🙂

    Leçons à tirer

    L’analyse de ces modèles internationaux montre qu’une approche systématique et cohérente, où les comportements attendus sont clairement enseignés et renforcés, contribue significativement à un environnement scolaire positif. Les enseignants bénéficient également de formations continues pour adapter et perfectionner leurs pratiques pédagogiques en fonction des besoins des élèves.

    Favoriser la réussite de tous les élèves

    Approche systémique de Pascale Haag

    Selon Pascale Haag, pour favoriser la réussite de tous les élèves, il est crucial d’adopter une approche systémique au sein de l’école. Cela signifie que toute l’école fonctionne de manière cohérente avec un cadre, un langage et une vision partagés. Cette cohérence permet de créer un environnement stable et prévisible pour les élèves, ce qui facilite leur apprentissage et leur développement.

    Rôle de l’équipe éducative

    1. Formation continue des enseignants :

       – L’idéal est que les enseignants puissent recevoir une formation continue pour rester à jour avec les meilleures pratiques pédagogiques et les techniques de gestion de classe.

       – Une formation régulière permet aux enseignants de mieux comprendre les besoins des élèves et d’adapter leurs méthodes en conséquence.

    2. Collaboration et accord :

       – Une collaboration étroite entre tous les membres de l’équipe éducative est essentielle.

       – Au moins 80 % de l’équipe doit être en accord sur les approches et les stratégies mises en place, garantissant ainsi une application uniforme des règles et des attentes.

    3. Objectifs clairs :

       – Établir des objectifs clairs pour le début et la fin des cours permet de structurer l’apprentissage et de maintenir un environnement positif et motivant pour les élèves.

    Approche inclusive

    L’approche inclusive implique de reconnaître et de répondre aux divers besoins des élèves, en s’assurant que chacun se sent soutenu et valorisé. Cela passe par :

    Personnalisation de l’apprentissage : Adapter les méthodes pédagogiques pour répondre aux besoins individuels des élèves.

    Implication des parents et de la communauté : Encourager une collaboration active entre les parents, les enseignants et les autres acteurs de la communauté scolaire.

    Expertise et collaboration

    Pascale Haag nous a partagé des noms d’experts en soutien éducatif :

    1. Steve Bissonnette (Canada) (2):

       – Reconnu pour son travail sur l’efficacité de l’enseignement dans les écoles. Ses recherches mettent en avant des stratégies pédagogiques qui favorisent un climat scolaire positif.

    2. Janis Norton (Angleterre) cité ci-dessus:

       – Auteur de méthodes de communication positive et calme entre enseignants et élèves, elle promeut des techniques pour une gestion de classe sereine et structurée.

    3. Diane Purper-Ouakil (Montpellier) (3) :

       – Spécialiste de l’aide aux enfants avec des troubles comportementaux. Ses travaux incluent des interventions pour améliorer le bien-être et l’inclusion scolaire.

    Collaboration école-famille

    1. Contrat soin :

       – Mise en place de contrats de collaboration entre parents et école pour assurer un suivi cohérent et complet des besoins des élèves.

    2. Axer ressources sur l’enfant :

       – Focalisation sur les ressources et les soutiens nécessaires pour chaque enfant, en impliquant activement les parents dans le processus éducatif.

    Comité de pilotage

    Composition et rôle

    Le comité de pilotage joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre et le suivi des stratégies de soutien aux comportements positifs à l’école. Ce comité doit inclure toutes les parties prenantes de l’école, y compris les enseignants, les administrateurs, les parents, les élèves et même le personnel de soutien comme les aides ménagères. L’inclusion de toutes ces voix garantit une approche holistique et collaborative.

    Actions et stratégies

    1. Écrire avec les élèves :

       – Impliquer les élèves dans la définition des règles et des attentes comportementales. Cela favorise leur engagement et leur responsabilisation.

    2. Définir les comportements attendus :

       – Avec la participation des élèves, identifier et clarifier les comportements positifs attendus dans différents contextes scolaires.

    3. Utilisation de supports visuels :

       – Créer et afficher des supports visuels pour expliquer et rappeler les comportements attendus. Ces supports aident les élèves à comprendre et à intégrer les attentes.

    Plus d’investissement du jeune

    L’implication active des élèves dans le processus de définition et de mise en œuvre des règles augmente leur investissement et leur engagement dans la vie scolaire. En les rendant partie prenante de ce processus, ils sont plus susceptibles de respecter les règles et de contribuer à un climat scolaire positif.

    Conclusion

    Le soutien aux comportements positifs à l’école est une approche essentielle pour créer un environnement éducatif sain et propice à l’apprentissage. Pascale Haag montre l’importance d’une approche systémique, collaborative et proactive. En intégrant des stratégies de régulation émotionnelle, en adoptant des modèles internationaux efficaces, et en encourageant une collaboration étroite entre l’école et la famille, les enseignants peuvent mieux répondre aux besoins divers des élèves. Cela favorise non seulement un climat scolaire positif, mais aussi la réussite et le bien-être de tous les élèves. En fin de compte, l’adoption de ces pratiques permet de bâtir une communauté éducative plus forte et plus inclusive, où chaque enfant a la possibilité de s’épanouir pleinement.

    J’espère que cet article vous aura plu ! 🙂

    à très vite, SoF

    sources :

    3 thoughts on “Pascal HAAG et le soutien aux comportements positifs à l’école

    1. Merci pour cet article bien complet ! Hyper important de créer ce climat positif pour les nouvelles générations, car quand je pense à mes souvenirs d’enfance je trouve qu’il y avait encore beaucoup à faire pour que ce soit optimal et adapté à tous les enfants !

      1. SoF de GraphiquEasy dit :

        Bonjour Marion, oui, nous avons toutes et tous de mauvais souvenirs d’enfance. Ce qui est chouette c’est de savoir qu’il existe aujourd’hui de nombreux outils et des possibilités pour instaurer un climat positif et de confiance en classe. 🙂

    2. Jackie dit :

      J’ai bien aimé le passage des « punitions » progressives. En fait, dans la nature, ça se passe comme ça. Avec le poulain par exemple, si son comportement ne plaît pas à la mère, le respect de la hiérarchie, les limites à ne pas dépasser , 1)elle le prévient, 2)elle lui montre qu’elle n’est pas contente, 3)elle le punit. Merci pour tous tes conseils.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *